Obtenez une emprise de l'histoire

"Viking disease" est un terme d'argot pour la maladie de Dupuytren. Les médecins et les scientifiques croient que la maladie est apparue chez les Vikings. Comme les Vikings étaient très désireux de voyager, ils ont propagé la maladie dans certaines parties de l'Europe du Nord et même jusqu'en Espagne, en Grèce et en Italie. La maladie est en fait commune parmi la progéniture des immigrants d'Europe du Nord vivant dans d'autres continents.1

La maladie de Dupuytren au travers des siècles

1010-820 a.J.C - Lors de la découverte de la tombe égyptienne de Monthernhat, dix-huit momies de cette période ont été mises à jour, et la maladie de Dupuytren a été observée sur l’une d’entre elles.2

1100-1300 - Quelques cas de ‘guérisons miraculeuses’ ont été décrits de manière détaillée dans des sagas islandaises. Deux de ces cas présentent des similitudes avec la maladie de Dupuytren, ce qui laisse supposer que l’affection existait chez les Vikings.1

1614 - Les premières données médicales relatives à la maladie de Dupuytren ont été découvertes à Bâle, Suisse. Un médecin dénommé Felix Platter a examiné la main d’un tailleur de pierres, dont l’annulaire et l’auriculaire étaient courbés dans la paume gauche. Le Dr Platter décrivit l’affection de cet homme dans son journal.3

1777 - Le Dr Henry Cline S., un médecin et anatomiste britannique, a rapporté que la contracture de Dupuytren était provoquée par le fascia (la couche de tissu conjonctif sous la peau) et non par les tendons, après avoir disséqué deux mains atteintes de contractures des doigts.3

1822 - Un assistant du Dr Cline, Astley Cooper, qui comme Cline travaillait et enseignait à l’hôpital St. Guy et l’hôpital St. Thomas à Londres, G.-B., a écrit une étude dénommée ‘Un traité sur les dislocations et fractures des articulations.’ Cette étude comportait une description détaillée de la contracture de Dupuytren et un résumé du traitement chirurgical.4,5

1831 - Le chirurgien et anatomiste français Baron Guillaume Dupuytren a disséqué la main d’un patient qui souffrait de contractures des doigts et a diagnostiqué la cause de la maladie située au niveau du fascia, comme Henry Cline. Il a traité le patient le 12 juin au moyen d’une fasciotomie. Cela signifie qu’il a pratiqué une incision au niveau de la peau et du fascia. Bien que certains pensent que ce sont Cline et Cooper qui ont découvert la cause de la maladie, celle-ci a reçu le nom de Dupuytren, qui a revendiqué avoir été la première personne à avoir découvert la cause de la maladie de Dupuytren, ainsi qu’une manière de la traiter.4

The Baro
The Baron Guillaume Dupuytren (1777–1835)

Sources:

  1. Adrian E. Flatt Proc (Bayl Univ Med Cent). 2001 Oct;14(4):378–384.
  2. Garcia-Guixé E, Fontaine V, Baxarias J, et al. Estudio antropológico, paleopatológico y radiológico de las momias localizadas en el almacen número 4 de la casa americana (el Asasif, Luxor, Egypt): proyecto monthemhat 2009. Available from: www.hottopos.com/rih20/garciaguixe.pdf Last accessed 2017-02-09.
  3. Thurston A. J Bone Joint Surg 2003;85-B:469-77.
  4. Thurston A. ANZJ Surg 2003; 73(7): 529-35.

Les antécédents

Obtenez une emprise de l'histoire

"Viking disease" est un terme d'argot pour la maladie de Dupuytren. Les médecins et les scientifiques croient que la maladie est apparue chez les Vikings. Comme les Vikings étaient très désireux de voyager, ils ont propagé la maladie dans certaines parties de l'Europe du Nord et même jusqu'en Espagne, en Grèce et en Italie. La maladie est en fait commune parmi la progéniture des immigrants d'Europe du Nord vivant dans d'autres continents.1

La maladie de Dupuytren au travers des siècles

1010-820 a.J.C - Lors de la découverte de la tombe égyptienne de Monthernhat, dix-huit momies de cette période ont été mises à jour, et la maladie de Dupuytren a été observée sur l’une d’entre elles.2

1100-1300 - Quelques cas de ‘guérisons miraculeuses’ ont été décrits de manière détaillée dans des sagas islandaises. Deux de ces cas présentent des similitudes avec la maladie de Dupuytren, ce qui laisse supposer que l’affection existait chez les Vikings.1

1614 - Les premières données médicales relatives à la maladie de Dupuytren ont été découvertes à Bâle, Suisse. Un médecin dénommé Felix Platter a examiné la main d’un tailleur de pierres, dont l’annulaire et l’auriculaire étaient courbés dans la paume gauche. Le Dr Platter décrivit l’affection de cet homme dans son journal.3

1777 - Le Dr Henry Cline S., un médecin et anatomiste britannique, a rapporté que la contracture de Dupuytren était provoquée par le fascia (la couche de tissu conjonctif sous la peau) et non par les tendons, après avoir disséqué deux mains atteintes de contractures des doigts.3

1822 - Un assistant du Dr Cline, Astley Cooper, qui comme Cline travaillait et enseignait à l’hôpital St. Guy et l’hôpital St. Thomas à Londres, G.-B., a écrit une étude dénommée ‘Un traité sur les dislocations et fractures des articulations.’ Cette étude comportait une description détaillée de la contracture de Dupuytren et un résumé du traitement chirurgical.4,5

1831 - Le chirurgien et anatomiste français Baron Guillaume Dupuytren a disséqué la main d’un patient qui souffrait de contractures des doigts et a diagnostiqué la cause de la maladie située au niveau du fascia, comme Henry Cline. Il a traité le patient le 12 juin au moyen d’une fasciotomie. Cela signifie qu’il a pratiqué une incision au niveau de la peau et du fascia. Bien que certains pensent que ce sont Cline et Cooper qui ont découvert la cause de la maladie, celle-ci a reçu le nom de Dupuytren, qui a revendiqué avoir été la première personne à avoir découvert la cause de la maladie de Dupuytren, ainsi qu’une manière de la traiter.4

The Baro
The Baron Guillaume Dupuytren (1777–1835)

Sources:

  1. Adrian E. Flatt Proc (Bayl Univ Med Cent). 2001 Oct;14(4):378–384.
  2. Garcia-Guixé E, Fontaine V, Baxarias J, et al. Estudio antropológico, paleopatológico y radiológico de las momias localizadas en el almacen número 4 de la casa americana (el Asasif, Luxor, Egypt): proyecto monthemhat 2009. Available from: www.hottopos.com/rih20/garciaguixe.pdf Last accessed 2017-02-09.
  3. Thurston A. J Bone Joint Surg 2003;85-B:469-77.
  4. Thurston A. ANZJ Surg 2003; 73(7): 529-35.